Page d'archive 3

À demi ange

#13 The Time Machine, Klaus Badelt – Eloi (2002)

Cette empreinte que je garderai

Eloi (é-loy) dort et se r-éveille au même rythme que les saisons intérieures.

M-ONDE-S

The Time Machine, sur la base originelle et littéraire de H.G Wells, n’est peut-être pas un grand film mais profond il est certain car simple en substance et instinctif pour l’être. Mélange subtilessenciel de temps et d’Amour. Mélange absolunescence d’ombre et de lumière.

lestoilesdujeu

©lestoilesdujeu

En lien, quelques atomes de ma peau dont une des sources est peut-être ici :

Ton âme en feu risque l’étincelle

Pour une ombre dans la nuit

À II-mi ange pour ton Amour

Le temps du souvenir et d’une larme

Ciel du 27 juillet 2018

Le feu…

©lestoilesdujeu

©lestoilesdujeu

… et l’eau.

Lune

©lestoilesdujeu

Dans l’ombre aussi…

©lestoilesdujeu

©lestoilesdujeu

…tu es, lumière !

Lettre ouverte

Cher.e.s étoiles,

Cette lettre vous est adressée même si de sa nature vous savez déjà tout.

Je suis adossée contre un lampadaire, j’attends le bus.

Officiellement, j’ai terminé ma mission auprès de vous qui marchez, depuis longtemps déjà et en même temps depuis bien moins d’une seconde, sur l’éternel chemin du Monde… On a trinqué, on s’est embrassé et je suis partie. Officieusement, tout continue toujours en moi. Rien ne s’arrête car l’essentiel demeure encore, chaque instant avec vous existe encore.

Ce que je venais faire, ce que je venais trouver a été comblé, a débordé de toutes mes espérances. J’ai vécu en vous tenant la main pendant huit mois, pour Être auprès de vous dans cette maison, vivante, vibrante.

J’ai beaucoup appris, j’ai beaucoup aimé à vos côtés.

J’ai appris un peu davantage de ce monde dans lequel je grandis, j’ai appris un peu davantage à être ce que je veux quand et où je le veux, j’ai appris un peu davantage qu’on a tous un rôle dans l’histoire, et que parfois on ne peut le tenir complètement et qu’il nous reste alors à risquer le meilleur, j’ai appris un peu davantage des choses douces et violentes et naturelles et de la vie.

En venant à vous, je ne voulais plus lire, je ne pouvais plus lire. Peut-être que je ne savais plus. Mais bien sûr, notre Légende Personnelle (dixit P. Coehlo) ne nous laisse pas continuer la marche les yeux baissés. Car c’est plus facile de s’éteindre devant la peur. C’est pour ça que je venais, lever le menton, prétendre à la vie et même se laisser éblouir par le soleil re-naissant. Malgré moi, j’ai su à nouveau, lire dans les regards, l’ineffable dans les yeux.

De l’amour qui m’a touché là-bas, je ne saurais le dire avec des mots, il y a eu des sourires comme respiration, des airs et des silences, les choses simples, élémentaires, humaines, ramènent chaque cœur à l’essentiel. L’amour est une chose simple car universel, et je ne veux rien faire d’autre de ma vie, aimer, aimer, aimer, autant que je peux aimer.

Une phrase peut-être résumant cette aventure magnifique, de la plume d’une de vous, d’une des étoiles, « Ils sont venus délaissant leur soleil pour nous apprendre à vivre sans se cacher. ».

Oui, c’était pour ça, pour y croire ensemble. Il n’y a pas à se cacher d’une chose si spontanée et véritable que l’effet des saisons qui se fanent sur le corps. Du bleu de l’hiver au rouge de l’automne, du soleil vert du printemps au jaune de l’été, vous êtes sublime.

Merci mille fois à

Aimée, Albert, Andrée, Augustine, Bernadette, Chantal, Christiane, Edgard, Georges, Georgette, Gilles, Gisèle, Henriette, Huguette, Hélène, Isabelle, Jean-Pierre, Jeanne, Josette, Louis, Lucienne, Madeleine, Marcel, Marie Bernadette, Marie-Louise Marie-Rose, Marie-Thérèse, Maurice, Micheline, Odette, Odile, Raymonde, Renée, Roger, Simone, Solange, Suzanne, Thérèse, Yvette.

Je monte dans le bus, à votre lumière…

*2 Combo Céleste

Quelques fumédanges…

fumédange

©lestoilesdujeu

fumédange2

©lestoilesdujeu

 

…sous la lecture d’un autre extrait de °5 Seul ce qui brûle – Christiane Singer.

« [...] Je venais guetter dans les éclaircies l’heure où les jeunes cerfs les plus intrépides osent affronter le maître de place. Au premier brame de défi, à le voir s’avancer c’est la pilosité de mes avant-bras qui répondait. Et plus montait la fureur de bramements de part et d’autre, plus giclaient les mottes de terre labourées sous les sabots et les bois, plus je perdais conscience de moi-même pour devenir ce qu’ils étaient. Dans leur commune rage de vaincre, les claquements des bois, le fracas des poussées, la vocifération démente et grandissantes, je retrouvais ma folie de mâle rachetée et comme innocentée. A voir se dérouler ce protocole sauvage, dérisoire et sublime, inchangé depuis la nuit des temps, je comprenais que ce ne sont pas les êtres qui sont vivants, que seul est vivant le feu qui les traverse et les consume. Seul ce souffle immense, cet impetus primordial qui à chaque instant crée le monde vivant. [...]« 

12345...10

Auteur*

lestoilesdujeu

Toi ici par hasard ou par on-dit, voici en bref ce que tu trouveras sur cette toile...

Une vie comme tant d'autres, un crayon, des sons, des images et un hommage à la vie, pour ce qu'elle donne et reprend.
L'envie de partager ces quelques bribes avec vous, inconnu ou non. L'envie de partager avec ce que *je suis aussi, pour me créer peut-être et me trouver un jour.

[Is there anybody out there ? –> commentaires]

Étoiles

Il y a 1 visiteur en ligne

Imaginaire au fil des ans

  • Album : A l'intuition
    <b>La traversée 2018</b> <br />

jamsanscesse |
Unesalle8 |
Delalande72 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | OFIP : Observatoire des Fou...
| Butterflygirl
| Genkre & Dany